IRM de Ploërmel : Face à l’abandon des territoires, exigeons un bouclier rural.

C’est avec colère que j’apprends la décision de l’ARH d’attribuer le nouvel IRM pour le Morbihan à Vannes au lieu de Ploërmel.

En vérité, c’est une conséquence logique de la loi de santé 2016 qui prévoit les groupements hospitaliers de territoire.

Pour des raisons fallacieuses de mutualisation, cette loi a été votée par notre député Paul Molac et approuvée par Patrick Le Diffon.

Contrairement à M. Le Diffon, je me suis toujours inquiété des risques inhérents à la direction commune de tous les sites hospitaliers de Vannes, Auray, Ploërmel, Josselin et Malestroit. Suite à la fusion des hôpitaux de Vannes et d’Auray en 2000, Auray a perdu de nombreux services, comme les Urgences ou la maternité au profit de l’hôpital de Vannes.

Par naïveté M. Le Diffon ne voyait que des côtés positifs à ces groupements hospitaliers. En revanche sur le précédent d’Auray et de Malestroit, nous avions déjà dénoncé le risque d’une telle concentration des pouvoirs et de la fuite des services et des équipements vers les plus gros hôpitaux.
La décision de l’ARH ne fait que confirmer nos doutes.

Face à ce scandaleux abandon de notre région, je continue à défendre l’instauration d’un bouclier rural pour lutter contre les inégalités sociales, économiques, culturelles et territoriales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *